Dr Yael Bensoussan

R5 Oto-rhino-laryngologie

résident/résidente seniorOto-rhino-laryngologie 

decembre 2019

À propos de moi

Je m’appelle Yael Bensoussan et je suis de Montréal, au Québec. J’ai obtenu mon diplôme d’Orthophoniste en 2010 et je suis maintenant une PGY-5 et Résidente en Chef en Oto-rhino-laryngologie – Chirurgie de la Tête et du Cou (OHNS) de l’Université de Toronto.

Pourquoi j’ai choisi l’Oto-rhino-laryngologie

J’ai d’abord été à l’école et j’ai étudié pour devenir Orthophoniste. En tant qu’ancienne chanteuse, je m’intéressais vraiment à la voix humaine et à l’aspect fonctionnel de la déglutition. Lorsque j’ai été acceptée pour la première fois à l’école de médecine, je ne savais pas si je voulais devenir chirurgien, alors j’explorais d’autres options.

Cependant, quand j’étais commis à l’OBGYN, je me suis souvenu que j’avais pensé à quel point la salle d’opération allait me manquer une fois la rotation terminée. OHNS m’a semblé parfait, me permettant d’équilibrer mes intérêts médicaux et chirurgicaux, tout en approfondissant ma curiosité pour la voix, la déglutition et le larynx lui-même.

Vie clinique

En quoi consiste une journée typique de tâches cliniques?

Quels types de stages sont-ils requis dans votre programme?

En cinquième année de résidence, nous effectuons toutes nos rotations en OHNS. À Toronto, nous effectuons souvent une rotation dans quatre hôpitaux différents au cours de l’année, et certains résidents effectuent des rotations dans la collectivité. C’est aussi l’année où nous terminons notre Examen du Collège Royal.

Quelles caractéristiques de votre personnalité ont été particulièrement utiles dans votre domaine?

Je pense qu’il est extrêmement important de pouvoir s’adapter. En tant que stagiaire dans un grand centre, vous travaillez avec une grande variété de personnalités parmi le personnel, les autres résidents et les professionnels paramédicaux. Il faut un effort concerté pour s’adapter avec succès aux différents hôpitaux, superviseurs et équipes sur une fréquence de quelques mois. Chacun a sa façon de faire les choses.

Je crois qu’il est important d’être capable de gérer le stress et les situations difficiles. Particulièrement dans les résidences en chirurgie, l’environnement de travail est très dynamique. Il y a des moments où la quantité de travail à l’hôpital peut devenir pénible, et cela peut être difficile à gérer lorsque les patients et le personnel émettent des critiques. Je pense qu’être capable de prendre du recul, d’être humble, de faire de son mieux et de ne pas prendre les choses personnellement aide à traverser cette période.

Quels sont les meilleurs aspects de votre résidence?

Le meilleur pour moi, c’est quand je travaille la tête et le cou. Vous devez communiquer avec le patient et ensuite utiliser notre boîte à outils d’interventions médicales et chirurgicales pour l’aider. Je trouve aussi qu’être chirurgien des voies respiratoires me donne de l’énergie. Nous devons réfléchir vite, et j’adore ce frisson.

L’année prochaine, je commencerai ma bourse en laryngologie. C’est la sur-spécialité parfaite pour moi, je suis passionnée par la voix humaine et j’aime aider les gens à travailler pour communiquer à nouveau. C’est un impact énorme sur la vie des gens que de les aider à retrouver leur fonction vocale.

Quels sont les aspects les plus difficiles de votre rôle actuel?

Bien que j’aime le plaisir d’être un spécialiste des voies respiratoires, cela signifie aussi que nous sommes souvent appelés à aider dans des situations difficiles qui auront de mauvais résultats. Nous nous occupons souvent de patients très malades et il peut être difficile de faire face à des résultats malheureux lorsqu’ils surviennent.

Quelle question vous pose-t-on le plus souvent au sujet de votre décision de choisir votre carrière?

Je pense que la question la plus courante qu’on me pose est : “Que faites-vous exactement ?”.

Je constate que la plupart des gens ne comprennent pas la portée de notre pratique ; quand je dis à quelqu’un que je suis Oto-rhino-laryngologiste (ou médecin de l’oreille, du nez et de la gorge), ils pensent que nous ne faisons que regarder les oreilles des personnes. Beaucoup de gens ne se rendent pas compte que nous sommes aussi des chirurgiens, et même lorsqu’ils apprennent que nous sommes des chirurgiens de la tête et du cou, ils pensent que cela signifie que nous opérons la colonne vertébrale. Les gens sont souvent peu familiers avec les différentes nuances de notre travail jusqu’à ce qu’ils aient besoin de nous.

Pouvez-vous décrire votre transition de l’externat à la résidence?

La transition peut être difficile. Quand vous êtes un résident subalterne, vous devenez vraiment bon en accomplissant du travail de “Routine”, en passant des commandes, en remplissant les notes de bloc opératoire.

Je me souviens quand j’ai commencé en R3 et que nous étions sur le point de commencer une Trachéotomie Éveillée. Je travaillais à préparer la salle et à pré remplir les commandes, et le boursier de l’époque m’a regardé et m’a dit : “Non Yael, c’est toi qui fais l’opération”.

Il a fallu un certain temps pour s’habituer à cette transition – à mesure que l’on commence à faire plus d’interventions chirurgicales, on commence aussi à faire face à plus de complications.

Je pense qu’un autre changement notable a été l’augmentation des exigences en matière de leadership. Il peut être difficile d’être un bon leader, de faire travailler l’équipe, de rendre tout le monde efficace, d’être un bon exemple, de faire passer ses messages d’une manière ferme – mais respectable. C’est quelque chose que l’on apprend au fur et à mesure.

 

Si applicable pour vous, pouvez-vous décrire votre expérience du processus de jumelage des spécialités médicales? Quelles ressources avez-vous trouvées utiles pour cela (par exemple, choisir des cours au choix)?

J’ai passé en revue le processus d’entrevue en Laryngologie en R4 et j’ai trouvé que la quantité d’information disponible en ligne était rare.

La meilleure option était d’aller aux réunions de surspécialité, de parler au personnel et à ceux qui sont récemment passés par le jumelage. Le réseautage avec ces personnes et d’autres personnes par courriel vous aide à bâtir votre réseau.

Pour mes cours facultatifs, j’ai visité neuf endroits et passé environ 1 à 3 jours à chaque endroit. J’ai trouvé que c’était beaucoup de temps pour rencontrer des gens et comprendre les programmes offerts tout en maximisant mon exposition aux différents centres.

Songerez-vous à poursuivre votre formation ou à chercher un emploi?

L’année prochaine, je terminerai une bourse de recherche en Laryngologie à l’Université de Californie du Sud à Los Angeles. Je suis encore en train de construire mon réseau pour identifier de futures opportunités d’emploi. Je pense qu’il est important d’être franc avec ce que vous recherchez pour trouver un emploi enrichissant et je cherche actuellement des endroits intéressants.

Vie non clinique

Quels sont vos intérêts professionnels autres que cliniques?

J’aime beaucoup occuper des postes de direction et plus récemment, j’ai été choisie comme Résidente en Chef au cours de mon année d’études R5. J’apprécie vraiment la diversité de mon rôle et j’adore participer à l’organisation des activités sociales et académiques, tout en communiquant avec mes concitoyens au fil de leur croissance.

Pour la recherche, je suis très intéressé à explorer des sujets comme la sécurité chirurgicale, l’amélioration de la qualité et la satisfaction des patients.

Décrivez votre équilibre entre le travail et la vie personnelle?

J’ai eu un enfant pendant mon temps de résidence, donc l’équilibre travail-vie personnelle est crucial. Tout d’abord, je pense qu’il est extrêmement important d’avoir un bon partenaire. Mon partenaire a été fantastique pour collaborer à mon emploi du temps. Je pense aussi qu’il est important de savoir si vous avez besoin d’embaucher de l’aide pour votre famille, et de ne pas vous sentir mal de l’avoir fait.

L’établissement des priorités était primordial. S’il y a du travail à faire à l’hôpital, vous devez le faire tout en vous assurant de donner la priorité à la famille. Il se peut que vous manquiez certaines activités sociales pour pouvoir être à la maison avec votre enfant et votre partenaire.

Au fil du temps, j’ai constaté que mon efficacité s’est améliorée et que cela m’aide vraiment.

En fin de compte, c’est difficile d’avoir un enfant en étant résident en chirurgie, mais vous pouvez certainement avoir une famille pendant la résidence, et cela en vaut la peine à 1000%. Si vous en êtes à ce stade de votre vie, je pense que c’est compatible et je le referais. Je me sens chanceuse parce que quand j’ai une mauvaise journée, je peux rentrer à la maison avec un enfant de 2 ans souriant et merveilleux qui m’aime.

Ça me rappelle toujours ce qui compte vraiment.

Avertissement : Ces profils de spécialité illustrent quelques facettes de la vie de certains résidents/médecins en particulier et présentent leurs perspectives personnelles sur les défis, les possibilités et les avantages de la spécialité qu’ils ont choisie. Ces points de vue ne sont pas nécessairement ceux de tous les résidents, puisqu’il existe une très grande diversité dans les modes de vie, les expériences et les intérêts chez les résidents de chaque spécialité.