Dre Nishi Varshney

nouveau médecin practicien en gériatre – University of Calgary – University of Toronto

nouveau médecin praticienUniversity of CalgaryUniversity of Toronto

aôut 2019

À propos de moi

Je m’appelle Nishi Varshney, Gériatre du Personnel du Grand Vancouver. J’ai terminé mon Doctorat en Médecine à l’Université de Calgary (2007) et j’ai été jumelé à des résidences en Médecine Interne et en Médecine Gériatrique à l’Université de Toronto (2013). Je suis actuellement en 5ème année de pratique.

Je suis Gériatre du Personnel à l’Autorité Sanitaire de Fraser. Je travaille à la fois dans un centre d’enseignement universitaire à New Westminster, en Colombie-Britannique, et dans un hôpital universitaire communautaire à Port Moody, en Colombie-Britannique. Je suis titulaire d’un poste d’Instructeur Clinique à l’Université de la Colombie-Britannique.

J’ai commencé mes études dans un programme conjoint de Baccalauréat en Sciences et en Communication à l’Université de Calgary avant d’entreprendre une carrière en Médecine. Mon éducation et mes expériences de vie m’ont appris que les systèmes et les processus m’intriguent et que le défi de les améliorer a toujours été au premier plan de mes intérêts.

Pourquoi j’ai choisi Gériatre et cet endroit

Après ma rotation R2 en gériatrie, j’ai réalisé la beauté d’un travail de gériatre : comment les gériatres sont capables de prendre une gamme complexe de symptômes et de syndromes et de bien les comprendre dans une perspective globale, centrée sur le patient.

Les mentors avec lesquels je travaille ont clairement indiqué à quel point les gériatres étaient heureux. De façon anecdotique, ils se sont toujours avérés être l’une des disciplines les plus éprouvées sur le plan statistique en matière de satisfaction professionnelle; y compris la capacité à atteindre un équilibre travail / vie privée.

Les gériatres sont des médecins cliniquement astucieux, comprenant que les directives de pratique clinique pour une seule maladie ne sont pas faciles à appliquer sans penser à la concurrence thérapeutique, la connaissance de la pharmacothérapie et la pronostic pour appliquer le temps nécessaire à l’avantage. Cet ensemble de compétences expertes qui requiert également une capacité de détective et de fouille, alors que le temps le permettait (les gériatres ont des codes d’honoraires basés sur le temps) m’a permis d’apprécier davantage la ssous-spécialité.

Pour choisir un lieu de travail, j’ai cherché des occasions de concilier mon intérêt pour l’enseignement, le mentorat et le renforcement des capacités, tout en me permettant de développer mon expertise en tant que consultant.

Vie clinique

En quoi consiste une journée typique de tâches cliniques?

Quels types de rotation sont nécessaires en Gériatre?

Je remercie ma formation en médecine et mes programmes de résidence (Médecine Interne et Gériatrie) pour m’avoir aidé à former le clinicien que je suis aujourd’hui. Par conséquent, j’estime qu’une base solide en médecine interne est essentielle pour mieux comprendre la multimorbidité chez les personnes âgées. Les Rotations en Gériatrie Communautaire étaient importantes pour comprendre les divers modèles de pratique en Gériatrie à l’extérieur des principaux hôpitaux universitaires. La Clinique de Bourses de Recherche Longitudinale, les Rotations en Soins Palliatifs, la Pharmacologie Clinique, la Neurologie et la Physiatrie et la Réadaptation ont toutes été très cruciales.

Je crois que la formation en gestion de la pratique est souvent bien enseignée dans les hôpitaux communautaires, d’après mon expérience. Comme j’ai changé de province après avoir terminé ma résidence, j’ai dû apprendre pas mal de choses de mes nouveaux collègues (qui ont été incroyables et utiles pour guider/discuter des pratiques de facturation, de la documentation administrative, des FMC, etc.) Les organismes provinciaux (par exemple, les médecins de la Colombie-Britannique) sont d’une aide précieuse pour les médecins praticiens.

Avez-vous cherché des ressources en dehors de votre résidence pour vous préparer à la pratique?

Votre comptable, votre conseiller financier et votre institution bancaire peuvent vous aider à mieux comprendre la constitution en société. C’est idéal si ces personnes sont toutes connectées / se parlent afin de vous simplifier la vie en tant que médecin praticien.

Pouvez-vous décrire la transition de la résidence à la pratique?

Comme j’ai déménagé d’une province à l’autre après ma résidence, j’ai dû apprendre un nouveau système de prestation des soins de santé dans une autorité sanitaire où je n’ai jamais travaillé. La transition a été facilitée en s’engageant peu à peu (c’est-à-dire en ne s’engageant pas trop tôt) et en posant beaucoup de questions au fur et à mesure que j’avançais. Apprendre à être un consultant efficace est un élément clé de la croissance au cours de cette période, et j’ai trouvé utile de lire une partie de la littérature sur le conseil efficace. J’ai également modelé ma pratique sur celle de mes mentors. J’ai récemment rencontré un exposé de TED sur le thème “Failing Forward”, un concept dont je pense que nous devrions tous nous souvenir, en particulier au cours des premières années de la pratique.

Quels sont les meilleurs aspects de la pratique?

La responsabilité, l’indépendance, l’équilibre professionnel que cela me donne en tant que mère, qui est pour moi mon travail principal. Le fils d’un patient m’a récemment dit : « Vos enfants doivent être fiers de vous ». En tant que gériatre, j’ai le sentiment que nous prenons soin de nos patients comme s’ils faisaient partie de notre propre famille. Je pense que c’est ce que ce fils entendait par son commentaire réconfortant.

Quels sont les aspects les plus difficiles de la pratique?

Comprendre que votre travail n’est qu’un petit rouage dans l’énorme sphère des soins de santé au Canada. Maintenir l’idéalisme en vie et prospérer peut s’avérer difficile lorsque l’on commence à comprendre les déficits qui existent dans notre système de santé. La prise en charge de petits changements gérables au niveau des systèmes aide à s’améliorer petit à petit et à maintenir cet enthousiasme.

Quelle est la question qu’on vous pose souvent au sujet de la pratique?

Comment maintenir la FMC tout en travaillant principalement dans un hôpital communautaire.

Y a-t-il quelque chose que vous feriez différemment durant la résidence maintenant que vous êtes en pratique?

Apprendre à connaître les rôles des équipes de santé avec plus de compréhension. Mon intervention en tant que gériatre consiste souvent à impliquer plus directement les différents membres de l’équipe. J’apprécie maintenant le terme équipe interdisciplinaire par opposition à équipe multidisciplinaire avec plus d’expérience clinique à mon crédit.

Comment sont vos collègues et comment interagissez-vous les uns avec les autres?

D’excellents collègues, avec une variété de forces et d’années de pratique. Nous avons un groupe WhatsApp appelé “North Fraser Geriatric Giants” qui regroupe les six gériatres en soins actifs, afin de s’entraider sur le plan professionnel et personnel. Nous nous soutenons mutuellement dans les moments difficiles. Nous nous couvrons mutuellement pendant les vacances. D’après mon expérience, les gériatres sont parmi les personnes les plus encourageantes, les plus humbles et les plus aimables.

Comment arrivez-vous à cumuler vos heures d’EMC (c.-à-d. assistez-vous à des conférences, lisez-vous des journaux, etc.)?

je trouve que la FMC peut être réalisée grâce aux modules du Collège royal, aux cas de l’ACPM et aux projets d’apprentissage personnel souvent élaborés en collaboration avec d’autres cliniciens, le personnel, les étudiants et les résidents. Assister à des conférences est un défi pour moi en ce moment, car j’ai une jeune famille. Twitter est un excellent moyen de se tenir au courant et “d’assister” aux conférences en suivant les hashtags de la conférence. J’utilise Twitter principalement à des fins professionnelles. La révision de mes évaluations d’enseignement est une autre méthode de FMC.

Vie non clinique

Quels sont vos intérêts autres que cliniques (activités de leadership ou de recherche, par exemple)?

J’ai commencé à occuper un poste de leadership en 2016 (deux ans de pratique), lorsque j’ai établi un programme de médecine gériatrique dans un hôpital communautaire. Je participe à l’évaluation des statistiques obtenues grâce à l’analyse d’entreprise pour aider l’administration à prendre des décisions concernant les soins aux personnes âgées. J’ai mis sur pied une clinique d’accès rapide gériatrique dans notre hôpital communautaire, qui est unique dans son approche ; j’espère aller plus loin dans mes efforts d’amélioration de la qualité. Je travaille actuellement à l’amélioration de la voie de la fracture de la hanche chez les personnes âgées fragiles et à la prévention, l’identification et la prise en charge du délire, en collaboration avec mes collègues en chirurgie orthopédique et en traumatologie. J’ai récemment entamé une discussion concertée au sujet des hôpitaux canadiens pour aînés, une collaboration nationale avec des gériatres établie via Twitter.

Décrivez votre équilibre entre le travail et la vie personnelle? Comment y arrivez-vous?

Je suis mère de trois garçons, âgés de 1, 4 et 7 ans. J’ai pris trois congés de maternité, dont un pendant ma résidence en gériatrie. Notre famille compte sur des couches de services de garde d’enfants pour absorber les heures où mon mari et moi travaillons et où nous sommes de garde. Nous vivons dans une belle communauté, la même communauté dans laquelle nous travaillons. Nos déplacements sont minimes. Nos enfants fréquentent l’école publique locale de notre quartier (encore une fois, un trajet minimal pour eux et pour nous, et plus de temps passé ensemble comme du temps de qualité). Simplifier ainsi notre vie et vivre selon nos moyens est très important pour nous. Je trouve que cela maintient le niveau de stress à un bas niveau.

Y a-t-il des différences importantes entre votre vie non clinique et votre résidence?

J’habite maintenant en banlieue, par opposition au centre-ville de Toronto. Je conduis un minivan huit places maintenant. Une belle tasse de Chai, du chocolat noir et des blazers de travail colorés et bien ajustés me comblent.

Avertissement : Ces profils de spécialité illustrent quelques facettes de la vie de certains résidents/médecins en particulier et présentent leurs perspectives personnelles sur les défis, les possibilités et les avantages de la spécialité qu’ils ont choisie. Ces points de vue ne sont pas nécessairement ceux de tous les résidents, puisqu’il existe une très grande diversité dans les modes de vie, les expériences et les intérêts chez les résidents de chaque spécialité.