Dr Franco A. Rizzuti

R2 santé publique et médecine préventive – University of Calgary

résident-résidentesanté publique et médecine préventive University of Calgary

decembre 2018

À propos de moi

Je m’appelle Franco A. Rizzuti, je suis un résident de deuxième année en santé publique et en médecine préventive de la faculté de médecine de l’Université de Calgary Cumming et des services de santé de l’Alberta dans la zone de Calgary. Ma ville natale est Calgary et j’ai un B.Sc. en biologie cellulaire, moléculaire et microbienne et travaille actuellement sur une maîtrise en leadership en santé.

En tant qu’étudiant en médecine, la santé publique et la médecine préventive (PHPM) n’étaient pas dans mes vues; J’étais un gunner en neurologie. Ce n’est qu’à la suite d’une blessure durant un stage que j’ai commencé à explorer d’autres carrières et le PHPM est rapidement passé au premier rang de ma liste de classement. Lors de mes rotations cliniques, je me suis souvent retrouvé à diagnostiquer et à gérer l’état de santé d’un patient avec une capacité minimale d’influencer les causes profondes (les déterminants sociaux).

La majorité de la santé d’un individu est dérivée des déterminants sociaux de la santé. En tant que médecin PHPM, mon patient n’est généralement pas un individu, mais la population. Les maladies sont les déterminants de la santé en amont et mes traitements sont axés sur les déterminants sociaux et les politiques. PHPM me donne l’occasion de travailler avec des cliniciens et de gérer les maladies que j’ai apprises à la faculté de médecine, mais aussi d’avoir une vue d’ensemble au niveau du système et des politiques.

J’ai choisi PHPM pour les raisons suivantes :

  • C’est un domaine dynamique. Chaque jour est différent au PHPM en raison de la diversité des sujets abordés.
  • Nos décisions influencent / affectent les populations : des milliers voire des dizaines de milliers de personnes, voire davantage.
  • Cela me permet de travailler au ras du sol, mais aussi à 5 km d’altitude.
  • Le domaine fonctionne de manière unique au niveau individuel, communautaire, provincial, national et / ou mondial.
  • La visibilité et l’expérience du leadership dans le domaine de la santé, un domaine qui m’intéresse vivement.

Vie clinique

En quoi consiste une journée typique de tâches cliniques ?

Notre horaire est très variable chaque jour, chaque semaine et chaque mois. Je suis dans la filière PHPM uniquement à Calgary (par opposition au programme combiné PHPM-médecine familiale), et notre première année est constituée de blocs cliniques traditionnels avec une fréquence d’appels de un sur quatre à un sur sept. La deuxième année nous forme par des cours d’études supérieures sans appel. Les années 3 à 5 sont très variables, avec 12 semaines d’appel réparties sur ces années. Les résidents de PHPM passent une semaine aux maisons des patients.

Une journée de travail typique est de 8 h à 16 h 30, avec une combinaison de réunions et de projets spécifiques à la rotation, de contacts avec le superviseur / précepteur, de modules en ligne et de temps de travail / d’études indépendant. Nous avons plusieurs projets et activités parallèles à gérer et nous collaborons avec des infirmiers en santé publique, des praticiens en santé publique, des inspecteurs, d’autres médecins hygiénistes, des médecins cliniciens, des services environnementaux, le gouvernement, les médias, etc.

Dans le programme combiné PHPM-FM, l’horaire est différent et ces résidents répondent aux exigences du CMFC et du Collège royal.

Quelles types de rotations sont nécessaires dans votre programme ?

Les rotations sont les suivantes :

  • 1 année clinique (médecine interne, médecine d’urgence, maladies infectieuses, psychiatrie, médecine familiale rurale avec obstétrique à faible risque, introduction à la médecine communautaire, gériatrie, pédiatrie, introduction à la santé publique, prévention des infections, TB et IST)
  • 1 année universitaire comprenant des cours en biostatistique, épidémiologie, méthodes de recherche, politiques publiques, économie de la santé, etc. ainsi que des recherches indépendantes; et, la capacité d’obtenir un Master
  • 18 mois de rotation PHPM de base, notamment : santé environnementale, contrôle des maladies transmissibles, promotion de la santé et prévention des maladies chroniques, amélioration de la qualité, surveillance et évaluation de la santé, médecin hygiéniste en chef
  • Environ 18 blocs de stages cliniques facultatifs / universitaires / de terrain dans des domaines d’intérêt

Le programme combiné de PHPM-FM comprend deux années de médecine familiale et une année de cours durant les trois premières années. Les quatrième et cinquième années comprennent 18 mois de stages de base en PHPM et 6 mois de stages au choix.

Quelles caractéristiques de votre personnalité sont particulièrement utiles dans votre domaine ?

Trois caractéristiques sont essentielles au PHPM:

  • La curiosité de creuser plus profondément et d’examiner la situation dans son ensemble. Le travail que nous effectuons exige que nous demandions «pourquoi», et examiner la cause fondamentale des problèmes médicaux et à remettre en question les orthodoxies.
  • Innovation. Je suis continuellement inspiré par les approches novatrices et créatives de problèmes complexes, travaillant souvent avec des délais serrés et des ressources limitées, qui sont nécessaires pour naviguer dans le paysage social et politique.
  • Engagement de plaidoyer. En travaillant au niveau de la population, vous avez la possibilité d’influencer les changements de haut niveau. La difficulté est que cela peut être un processus lent et que vous ne pouvez pas voir immédiatement les résultats de votre travail. J’ai le privilège de travailler avec des collègues qui ont un si grand dévouement envers les systèmes de soins de santé, les populations vulnérables et ceux qui ont la patience et la motivation pour faire ce travail.

Quels sont les meilleurs aspects de votre résidence ?

Le meilleur est la dynamique du terrain. Une semaine normale peut comprendre l’enquête sur une épidémie, l’élaboration de politiques de santé, la collaboration avec des groupes communautaires à des projets de promotion de la santé ou la surveillance de la santé environnementale, telle que la qualité de l’air ou de l’eau.

Quels sont les aspects les plus difficiles de votre rôle actuel ?

L’étendue de la portée est la plus difficile. Tous les programmes de résidence ont un grand volume de matériel à apprendre. Cliniquement, le PHPM nécessite des connaissances dans des domaines tels que les processus de maladie chronique, les étiologies infectieuses, la pathophysiologie du cancer / les facteurs de risque / le dépistage.

Sur le plan académique, une bonne compréhension de l’épidémiologie, des statistiques et des méthodes de recherche est essentielle. En outre, les compétences de leadership, être capable de lire ou d’écrire des politiques, de référencer des directives pour des centaines de maladies et de pouvoir tout communiquer à un public médical et non médical, y compris les médias. Maîtriser les bases et trouver un créneau sera à la fois un défi et un voyage enrichissant.

Quelle question vous posez-vous souvent au sujet de votre décision de poursuivre une carrière non clinique ?

Qu’est-ce que la santé publique ? Que faites-vous dans votre programme ?

Pouvez-vous décrire le passage de l’externat à la résidence ?

Ma transition de stage à résidence a été relativement fluide. Le plus grand ajustement a été l’ajout de responsabilités et d’indépendance. La première année clinique était très similaire aux stages d’externat, sans les examens réguliers.

Quels sont vos projets d’avenir ?

Mes intérêts de niche au sein de PHPM sont :

  • Grand ensemble de données, informatique clinique et précision de la santé publique (utilisation de grands ensembles de données au niveau de la population pour éclairer les politiques de santé publique, équivalent de la médecine factuelle mais au niveau de la population)
  • Modélisation prédictive des comportements de santé, de la charge de morbidité, etc.
  • Surveillance de la santé (surveillance de maladies telles que les maladies à déclaration obligatoire ou les cancers chez les populations)
  • Conception des établissements de soins de santé et fonctionnement du système de soins de santé (c.-à-d. Comment nous dispensons les soins de santé, en équilibrant les prestations de soins de courte durée avec la prévention en amont).

J’imagine une pratique divisée entre les activités de médecin hygiéniste (c.-à-d. Un médecin de la santé publique travaillant pour une autorité de santé / région) dans un centre rural ou urbain et la consultation en conception de système de santé.

À quoi ressemblent vos concitoyens et comment interagissez-vous les uns avec les autres ?

Nous avons une petite cohorte de résidents – deux ou trois par an, pour un total de 15 personnes dans le programme quinquennal. On pense parfois à tort que PHPM est une carrière «de repli» mais, comme toute autre spécialité, elle attire un groupe motivé et très expérimenté qui se consacre aux interventions en amont. Mes collègues viennent d’horizons divers : diplômés internationaux ayant de l’expérience dans diverses spécialités cliniques, certains résidents, titulaires de diplômes d’études supérieures en sciences ou en arts, ou ayant des antécédents moins communs comme l’économie ou l’histoire du Canada. La diversité permet des discussions académiques solides de demi-journées.

En plus d’être des collègues, nous sommes de bons amis et participons souvent à des activités sociales en dehors du travail. Il n’est pas rare de sortir avec un groupe de résidents après une demi-journée pour un diner ou un verre.

Vie non clinique

Quels sont vos intérêts académiques ?

En dehors du PHPM, j’aime participer à la défense des intérêts des médecins résidents aux niveaux provincial et national. Je suis actuellement vice-président d’Opérations et finances de notre organisme de résidence provincial, l’Association professionnelle des résidents de l’Alberta (PARA); Je suis membre du comité de formation de RDoC, formateur en résilience RDoC; ainsi que membre du conseil d’administration de CaRMS et de l’Association canadienne des médecins handicapés (ACDP).

Mes intérêts de recherche incluent

  • Stigmatisation des populations marginalisées, en particulier des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS)
  • Big data mining de santé publique
  • Confidentialité des données
  • Résilience, bien-être et maltraitance des stagiaires en médecine

À quoi ressemble votre équilibre travail-vie personnel et comment y parvenez-vous ?

Une raison majeure pour choisir le PHPM était son équilibre exceptionnel entre travail et vie privée. Une journée type est de 8h30 – 9h à 16h30 – 17h, avec 12 semaines d’appel sur 3 ans. Les stages permettent une grande indépendance, avec la possibilité d’organiser sa journée / semaine en fonction de ses obligations personnelles, de ses rendez-vous médicaux, etc., et avec la possibilité de travailler occasionnellement de son domicile.

Notre directeur de programme et notre administrateur sont à la fois incroyablement compréhensifs et favorables aux activités parascolaires et au bien-être.

Mon partenaire et moi sommes tous les deux des médecins résidents et nous travaillons avec des horaires chargés, mais nous faisons un effort conscient pour nous fixer du temps tous les jours, même lorsque l’un de nous est absent pour une réunion ou une conférence.

Mes stratégies de résilience incluent :

  • Rester actif avec l’escalade et le golf, quand je peux
  • Donner la priorité au temps avec ma famille et mon partenaire – c’est du temps déconnecté
  • Profiter de la boisson occasionnelle
  • Être impliqué dans des activités pouvant conduire à un changement au niveau du système
Avertissement : Ces profils de spécialité illustrent quelques facettes de la vie de certains résidents/médecins en particulier et présentent leurs perspectives personnelles sur les défis, les possibilités et les avantages de la spécialité qu’ils ont choisie. Ces points de vue ne sont pas nécessairement ceux de tous les résidents, puisqu’il existe une très grande diversité dans les modes de vie, les expériences et les intérêts chez les résidents de chaque spécialité.