Dr Amit Persad

R2 neurochirurgie – University of Alberta – University of Saskatchewan

résident-résidenteneurochirurgie University of AlbertaUniversity of Saskatchewan

aôut 2019

À propos de moi

Je m’appelle Amit Persad, R2 neurochirurgie à l’Université de la Saskatchewan. Avant de me joindre au programme à Saskatoon, j’ai obtenu mon diplôme de médecine à l’Université de l’Alberta à Edmonton, ma ville natale. Avant l’école de médecine, j’ai complété trois ans d’un baccalauréat en biochimie.

Pourquoi j’ai choisir l’obstétrique-gynécologie

Je ne suis pas entré à l’école de médecine en pensant à la neurochirurgie comme une carrière. Au lieu de cela, mon cheminement d’observation m’a mené à des mentors en neurochirurgie qui ont stimulé mon intérêt pour ce domaine. Le mélange de diagnostics terminaux et de pathologies incapacitantes guérissables dans le contexte de la complexité technique et anatomique de ce domaine intensément académique me convenait parfaitement.

Vie clinique

En quoi consiste une journée typique de tâches cliniques?

Quels types de stages sont-ils requis dans votre programme?

Rotations en chirurgie et en neurosciences. Nos services hors service dans ce programme comprennent la chirurgie générale, la neurologie, la chirurgie vasculaire, la chirurgie plastique, la chirurgie orthopédique de la colonne vertébrale et la chirurgie des soins intensifs. Autrement, nous passons notre temps en neurochirurgie ; en R2, je passerai 10/13 blocs en neurochirurgie.

Quelles caractéristiques de votre personnalité ont été particulièrement utiles dans votre domaine?

La neurochirurgie a des caractéristiques différentes chaque jour et il est donc difficile d’y répondre. Universellement, être méticuleux dans n’importe quelle tâche aide, et le désir de réussir et la volonté de se surpasser vous permettent d’exceller dans ce domaine.

Quels sont les meilleurs aspects de votre résidence?

Tout cela. J’adore mon travail. Évidemment, la salle d’opération est la raison pour laquelle j’ai choisi la neurochirurgie, mais les patients sont suffisamment malades pour que nous fassions de la bonne médecine, nous sommes très impliqués dans les soins intensifs, et il y a beaucoup à apprendre en clinique. De plus, on m’encourage à faire de la recherche et de l’enseignement supplémentaires dans le cadre de ce programme, avec lequel je prospère.

Quels sont les aspects les plus difficiles de votre rôle actuel?

Un mélange des heures de travail et des résultats. Un résident en neurochirurgie très occupé passera facilement 100 heures dans une semaine donnée, et à moins que le service ne soit calme, il n’y a souvent pas beaucoup de temps pour se reposer pendant la journée. Les mauvais résultats deviennent notre routine, mais voir des patients en bonne santé avoir des complications ou voir des patients malades mourir n’est jamais facile.

Quelle question vous pose-t-on le plus souvent au sujet de votre décision de choisir une carrière non clinique?

L’équilibre entre le travail et la vie personnelle est une question courante. En neurochirurgie, nous nous y prenons mal, mais le soutien des co-résidents est là pour vous permettre de prendre soin de vous si vous en avez besoin. J’ai des co-résidents qui sont mariés et ont des enfants et ils ne peuvent certainement pas faire autant qu’ils le voudraient dans leur vie familiale, mais ils s’en sortent et sont heureux.

Pouvez-vous décrire votre transition de l’externat à la résidence?

C’est soudain. J’ai lu à propos des transitions graduelles, la neurochirurgie n’a pas vraiment cela, surtout dans les petits programmes. Dans mon programme, on fait des appels en solo dès le premier jour. Vos collègues sont là pour vous soutenir et le corps professoral est prêt à vous aider, mais vous obtenez suffisamment d’autonomie au début pour apprendre rapidement. Cela épuise certaines personnes, mais d’autres luttent dans l’environnement.

Quels sont vos futurs plans de pratique?

Je n’ai pas encore décidé dans quoi me spécialiser, mais je m’intéresse beaucoup aux tumeurs cérébrales, aux tumeurs neuro-vasculaires et aux soins intensifs. J’aimerais occuper un poste universitaire dans une division offrant un programme de résidence et avoir un solide portefeuille d’enseignement et de recherche en plus de mes fonctions cliniques.

Décrivez vos résidents et comment interagissez-vous les uns avec les autres?

Nous sommes tous très différents mais nous nous entendons très bien. C’est important quand on voit ces gens 12 heures par jour. La neurochirurgie est hiérarchique, et si un résident âgé vous demande de faire quelque chose, vous le ferez généralement sans discuter. Nous sommes cependant collégiaux et amis les uns avec les autres pour la plupart, et donc vous ne ressentez souvent pas la hiérarchie, surtout quand il y a assez peu d’entre nous en service pour que vous fassiez tous des choses différentes.

Vie non clinique

Quels sont vos intérêts professionnels autres que cliniques?

Recherche et activités de direction. Je suis impliqué dans Médecins Résidents de la Saskatchewan (RDoS), et je suis actuellement impliqué dans une collaboration de recherche nationale en neurochirurgie. Je fais de la recherche fondamentale et clinique en neurochirurgie et j’aime étudier des questions intéressantes dans ce domaine. Je m’intéresse également à l’éducation médicale et je travaille à des programmes informatiques novateurs à cette fin.

Décrivez votre équilibre entre le travail et la vie personnelle?

Honnêtement, mon équilibre travail/vie privée n’est pas très bon, mais c’est là où je l’aime. La neurochirurgie attire toutes sortes de gens, mais il y a une bonne partie d’entre nous qui aiment beaucoup travailler et passer moins de temps dans des activités extérieures. Quoi qu’il en soit, je vais au gymnase trois fois par semaine, je regarde des séries télévisées et je passe une bonne partie de mon temps avec des amis chaque semaine. Je parle souvent à ma famille et à mes amis d’Edmonton, et je m’adonne à mes passe-temps qui me prennent plus de temps, comme l’écriture, le dessin et le tailladage hebdomadaire. Aucune de mes relations n’a souffert, et bien que le travail soit parfois stressant, je ne pense pas avoir besoin de plus d’efforts de résilience que les autres résidents. Quand de mauvaises choses arrivent, soit j’en parle avec mes proches, soit je prends un peu de distance pendant un moment, puis je me remets dans le jeu.

Avertissement : Ces profils de spécialité illustrent quelques facettes de la vie de certains résidents/médecins en particulier et présentent leurs perspectives personnelles sur les défis, les possibilités et les avantages de la spécialité qu’ils ont choisie. Ces points de vue ne sont pas nécessairement ceux de tous les résidents, puisqu’il existe une très grande diversité dans les modes de vie, les expériences et les intérêts chez les résidents de chaque spécialité.