SONDAGE NATIONAL DE 2012 AUPRÈS DES RÉSIDENTS

Le taux de réponse pour notre sondage national de 2012 auprès des résidents a été de 29,1 % et a inclus les thèmes suivants : la santé mondiale, l’expérience éducative, l’expérience lors de la résidence, les possibilités de carrière et les ressources humaines en santé. L’analyse des données a produit plusieurs conclusions principales :

  • En ce qui concerne les heures de travail et les risques de sécurité, plus de 76 % des répondants ont indiqué que la fatigue liée au travail a contribué aux erreurs pendant le travail, tandis que 34 % ont évoqué la fatigue liée au travail comme facteur contribuant à des incidents dangereux impliquant des véhicules à moteur. Ces résultats démontrent un lien important entre les heures de travail prolongées et une augmentation des risques en ce qui concerne la sûreté pour les patients et les résidents.
  • Sur la question des possibilités de carrière après la résidence, un nombre important de résidents dans des programmes de formation spécialisée, qui termineront bientôt leur formation, sont toujours à la recherche d’un emploi après l’obtention de leur diplôme. Les résultats du sondage indiquent que les résidents de certains programmes de formation spécialisée sont beaucoup moins confiants en ce qui concerne leurs perspectives de carrière.
  • La facilité d’accès à des mentors résidents est une autre question importante soulevée dans le sondage. Le tiers de tous les résidents ont indiqué ne pas avoir eu de mentor officiel ou non officiel. Cette conclusion est importante puisque plus de la moitié des répondants ont indiqué leur intention de poursuivre de la formation supplémentaire au-delà de leur spécialité principale. Ceci aura comme effet une augmentation des demandes pour des occasions de mentorat sur l’orientation de carrière et les spécialisations.

Des ressources dédiées à fournir des renseignements sur le comportement inapproprié sont également une question importante. Au-delà du directeur de leur programme, un grand nombre de résidents ne savent pas à qui ils peuvent recourir comme ressource pour faire face à un comportement inapproprié en milieu de travail. Pour aller de l’avant, des ressources dédiées, apparentes et confidentielles seront nécessaires pour venir en aide aux résidents dans ce domaine.