Docteur Atul Kapur

1. Plusieurs organisations doivent faire face aux défis de s’entretenir avec de nouveaux ou futurs membres. Comment envisagez-vous les engagements entre les résidents et les nouveaux médecins et l’AMC ? En tant que président(e) de l’AMC, quelles mesures prendriez-vous pour accomplir cela ?

La principale affiliation des résidents est habituellement à leur association professionnelle. Cela témoigne de la nécessité pour l’AMC et MRC de poursuivre leur relation solide afin que l’on puisse répondre de façon efficace et efficiente aux besoins de nos membres communs.

La transition de la résidence vers la pratique est une période de grand changement, de nouvelles responsabilités et obligations. C’est également une période où une proportion importante de médecins remettent en question leur adhésion à différentes organisations, incluant l’AMC. L’AMC doit indiquer clairement sa pertinence et son utilité envers ses membres en reconnaissant et répondant à leurs besoins. Ceci exigera que nous communiquions plus efficacement avec nos membres. Cela ne signifie pas simplement envoyer des courriels, mais plutôt inviter les membres ou créer plus de moyens pour leur permettre de partager leurs commentaires et nous dire ce qu’ils ont besoin de la part de leur association.

Plusieurs médecins ont des intérêts particuliers qui découlent d’expériences et de passions personnelles. Citons par exemple l’environnement et la santé, la santé des communautés défavorisées et les déterminants de santé. Ces membres devraient percevoir l’AMC comme l’association qui les soutient activement à poursuivre ces champs d’intérêt. J’encouragerais le développement de communautés d’intérêts comme mécanisme pour aider les membres à rencontrer des collègues qui partagent leurs intérêts et les soutenir à atteindre leurs objectifs.

2. Selon vous, quels sont les plus importants défis auxquels feront face les résidents au cours des dix prochaines années ? Quelles solutions proposez-vous à ces défis ?

Un défi majeur constant sera de maintenir un accent sur l’éducation face à des demandes et des poursuites croissantes pour les services ou l’aggravation des restrictions actuelles des ressources. Cette combinaison de demandes augmentera également le risque d’épuisement, comme décrit dans une autre question. J’encouragerai l’AMC à intervenir au besoin afin d’affronter ce défi.

L’introduction de la compétence par conception est un changement excitant en enseignement des résidents, mais soulève inévitablement des défis de mise en œuvre. De la surveillance et des interventions précoces seront nécessaires afin d’assurer qu’il y ait une culture de soutien dans tous les environnements et afin d’éviter d’ajouter du stress pour les résidents. En tant que groupe indépendant pour les résidents, les collèges d’enseignement et les facultés, l’AMC est sans doute bien placée pour jouer un rôle intermédiaire et j’encouragerai cela le cas échéant.

L’inadéquation croissante des ressources, des occasions de pratiquer et les besoins de la population pourraient mener à une augmentation du niveau de stress et le sous-emploi ou le chômage potentiel. Je préconiserai pour une stratégie nationale fondée sur les données en matière d’effectifs médicaux afin de résoudre les facteurs de stress.

Un défi continuel pour les résidents est la dette personnelle. Je préconiserai pour un gel des frais de scolarité comme première étape vers la baisse des frais et je collaborerai afin d’examiner des moyens de mettre en place des stratégies plus efficaces de gestion et réduction de la dette pour les résidents.

3. Un manque croissant d’alignement entre le personnel médical canadien et les besoins en santé de la population générale a été bien documenté. Quel est selon vous le rôle de l’AMC dans la préconisation d’un meilleur alignement ?

L’AMC devrait souligner que les besoins de la population devraient être le facteur permettant de déterminer l’allocation de postes de résidence, par opposition à d’autres facteurs comme des exigences de services dans les environnements d’enseignement. Les principes en matière des ressources humaines en santé des médecins pour mieux servir les Canadiens et les Canadiennes de MRC démontrent clairement une perspective globale et seront un outil important pour convaincre les gouvernements des avantages pour la mise en œuvre des appels à l’action énumérés dans ce document. L’AMC est également bien placée pour préconiser auprès des établissements d’enseignement l’importance de l’allocation sur la base des besoins des postes de résidence. De plus, elle peut collaborer sur l’élaboration et le perfectionnement d’outils pour la collecter de donnée sur les ressources humaines en matière de santé et l’anticipation des futurs besoins (comme le travail que fait l’Association médicale de l’Ontario). En tant que voix de l’ensemble de la profession, l’AMC peut travailler avec les associations médicales provinciales/territoriales et les sociétés de spécialités médicales afin de retirer les obstacles à la planification du recrutement et de la succession.

4. Quelles seraient, d’après vous, les causes principales de l’épuisement parmi les résidents et quelles actions préconiseriez-vous pour les régler ?

Il y a plusieurs causes d’épuisement qui s’appliquent spécifiquement aux résidents, que je vais commenter ci-dessous. Cependant, la plupart des causes principales sont celles qui s’appliquent à tous les médecins, puisque les résidents travaillent dans le même système et sont exposés aux mêmes facteurs de stress, quoique dans plusieurs cas à un niveau élevé. Ces derniers incluent des exigences cliniques croissantes et la pression de la tentative de traiter un nombre croissant de patients avec un soutien des infrastructures insuffisant. En plus de la surcharge de travail, il y a également le manque de contrôle sur les tâches assignées et un montant croissant de travail de bureau.

Pour les résidents, ce problème est compliqué par le besoin d’équilibre entre les responsabilités pédagogiques et les soins aux patients, en plus de l’apprentissage. Plusieurs résidents sont également accablés par des préoccupations concernant la dette et les opportunités de postes futurs qui répondent à leurs besoins et leurs désirs, ainsi que ceux de leurs familles. Plus récemment, nous voyons des occasions regrettables d’intimidation et de harcèlement des résidents.

Le travail sur la planification des ressources humaines en santé (voir la réponse ci-dessus) aidera à éviter le stress lié aux inquiétudes à propos des occasions de pratique futures. Je suis fier du travail que j’ai accompli en dirigeant mon association médicale à agir pour répondre à l’intimidation des stagiaires et j’apporterai la même attitude à l’AMC. Plusieurs institutions et facultés développent et font avancer des programmes de bien-être et je préconiserai afin d’inclure les stagiaires, ainsi que pour faire de ces programmes un plus grand élément du programme d’enseignement postdoctoral. Des solutions pour les membres du corps professoral, comme l’aménagement des heures de travail, devraient également être offertes aux résidents.

5. Les organisations impliquées dans le domaine de l’enseignement médical sont sous la pression croissante de créer des efficacités et de partager l’information. Comment aborderiez-vous le besoin de garantir les droits à la confidentialité légalement protégés des apprenants dans ce contexte ?

Les apprenants devraient avoir le contrôle de leurs propres renseignements et ne devraient pas être obligés à abandonner leurs droits à la vie privée. Je suis particulièrement inquiet d’entendre parler du mauvais usage de l’information d’auto-évaluation des apprenants. Ceci sera plus important avec l’utilisation croissante des portefeuilles électroniques.

J’appuie les principes de MRC concernant la collecte des renseignements et le respect de la vie privée des apprenants, et je travaillerai afin de les généraliser et de les intégrer à la politique des principes concernant l’information des médecins de l’AMC pour que l’on puisse travailler ensemble afin de les présenter comme la norme à suivre. L’AMC et MRC peuvent être plus efficaces en présentant un message uni et ensemble, nous devrions être capable d’atteindre un consensus sur ces principes. Ceci inclura des réunions conjointes pour recueillir l’appui des facultés de médecine, les collèges d’enseignement, les collèges des médecins et des chirurgiens, le Conseil médical du Canada et les gouvernements.


Courriel : atul@atulkapur.ca | Web : atulkapur.ca | Twitter : @kapur_ak